logo

TLV Internationals Francophones

TLV Internationals Logo Horo

TLV Internationals Francophones

2015 le Guide des Olim pour les Élections Israéliennes

Peut nous importe qui tu décideras de voter. Soit seulement éduqué, actif et vote!
” C’est ta maison, viens la construire! Nous avons déjà un pays, maintenant nous avons besoin d’une Nation. “

Notons que ce document continuera à être mis à jour à mesure que les partis libèrent de nouvelles informations et que les élections progressent.

Dans ce guide nous decouvrirons :

Une vue d’ensemble des élections/ le bénévolat avec les parties/ Comment voter/les programmes des parties.

Dans la dernière décennie, Tel Aviv est devenue la première destination pour les immigrants par choix , jeunes juifs de toutes les parties du globe arrivent dans cette ville Blanche qu’ils appellent “maison”. TLV Internationals Francophones est le phare qui attire et accueille les nouveaux arrivants. TLV Internationals Francophones fusionne ses voix mondiales dans une communauté unifiée par sa plate-forme d’action pour le bénéfice de Tel Aviv et du grand Israël. Notre organisation à but non lucratif sert également en tant que défenseur pour les besoins de cette communauté avec le gouvernement local et national. Suivie par plus de 50000 jeunes hommes et femmes venant des quatre coins du monde, de milieux, pratiques religieuses, et champs professionnels différents, TLV Internationals Francophones a construit la plus grande communauté d’Olim en Israël.

Une mission cruciale de TLV International Francophones a été de fusionner et défendre notre jeune communauté d’Immigrants par choix  de devenir les pionniers modernes vivant en Israël en tant que militants, retrousses-tes-manches , et en créant de nouvelles réalités positives. Une étape importante qui amène les 50000 membres de notre communauté  sur la scène nationale en y faisant un impact considérable, tout en étant connecter à notre gouvernement et son dirigeant.

Vous avez vu l’incroyable travail que nous avons fait lors des élections municipales de Tel-Aviv avec notre partenariat Irya  (la municipalité) comme le ProjetT.A, amenant le dirigeant local à débattre, tout en aidant à Secouer les Votes, informant notre communauté sur le processus électoral. Pour ces élections nationales, nous prenons les choses un peu plus loin.
Bénévole pour un parti politique national

TLV Internationals Francophones offre aux jeunes immigrants du bénévolat officiel au sein de chaque parti politique national, en aidant avec les campagnes des différents partis, pour devenir ainsi les principaux points de liaisons de notre communauté d’immigrants occidentaux. Ces bénévoles de TLV Internationals seront responsable pour beaucoup d’un support en français en délivrant les informations que les parties postent. Vous travaillerez souvent à partir du siège de campagne du parti, du siège sociale ou de la branche locale de Tel Aviv. Quelle meilleure façon de se connecter au véritable pouvoir de la base de notre pays pour votre propre expérience personnelle, tout en représentant notre communauté nous rendant si fière. Nous croyons en la qualité d’un jeune immigrant investi et impliqué dans chaque parti politique, tout le monde y gagne.

Tel Aviv International Salon LogoLes Jeunes immigrants sont un trésor précieux qui mérite d’être investi pour le bien du pays. Si vous êtes l’un de ces jeunes pionniers militants intéressés à observer votre sionisme, faites-le nous savoir. Nous voulons vous mettre en contact avec le parti qui vous parle, donc n’attendez plus pour faire vos recherches. Sachez que dans les prochains mois, il sera à notre disposition du matériel éducatif plus perfectionné qui vous informera mieux sur les différents partis, pendant que notre organisation sœur, au Salon International de Tel Aviv sera l’hôte des pourparlers non partisans de la direction du parti, et que les membre de la Knesset débâteront de questions brulantes.

www.facebook.com/TelAvivInternationalSalon
Quel parti politique vous brancherez et aimeriez-vous aider?

Inscrivez-vous pour faire du bénévolat ici:

https://OlimVolunteeringInPolitics.eventbrite.com
Avoda + Hatnua “Hamachane Hatzioni” (Herzog / Livni – Centre Gauche)
Bayit Yehudi + Tkuma (Bennett – National Droite Religieuse)
Hadash / Raam-Taal / Balad (Parties Arabes)
Kulanu (Kachlon – Centre)
Likoud (Netanyahu – Centre Droit)
Meretz (Gal-On – Gauche)
Shas (Deri – Séfarade Religieux)
United Torah Judaism “UTJ” (Haredi Ashkénaze)
Yesh Atid (Lapid – Centre)
Yisrael Beiteinu (Lieberman – Droit)

Note: Les partis énumérées dans le présent document sont ce que la plupart considèrent comme les principaux parties qui seront probablement représenter à la Knesset après les élections. En réalité, il existe plus de 30 partis politiques marginaux qui n’obtiendront probablement pas suffisamment de voix pour s’asseoir à la Knesset.

 

Les élections

Le 17 Mars 2015 les Israéliens voteront pour la 20e Knesset – Parlement. Pour les Américains et d’autres nombreux pays européens habitué à un système composé de deux ou trois partis, la multiplicité des partis politiques israéliens peut parfois être difficile à déchiffrer. Ce guide vise à aider notre communauté à mieux comprendre le système électoral israélien et à fournir les informations nécessaires pour prendre des décisions éclairées et informées sur les personnes pour lesquelles vous déciderez de voter.

 

Le système électoral Israélien

Le système électoral israélien est basé sur la représentation proportionnelle. Plutôt qu’un vote pour un candidat en particulier, les Israéliens votent pour un parti ou une liste. Le nombre de sièges que chaque parti reçoit à la Knesset est proportionnel au pourcentage de votes qu’il reçoit. Les sièges sont répartis entre les partis en divisant le nombre de votes valides pour les partis qui passent le seuil de qualification de 3,25% de 120, nombre de sièges à la Knesset. Ceci détermine combien de votes autorisent un parti ou une liste à un siège. Chaque parti place ses membres dans un ordre particulier sur leur liste et les candidats obtiennent un siège en fonction de leur rang sur cette dite liste. Par exemple, si un parti reçoit suffisamment de votes pour 10 sièges, les 10 premiers candidats de sa liste deviendront membres de la Knesset.

Le pays tout entier est considéré comme une seule et unique circonscription électorale. Cette année, en Israël il y a plus de 5,5 millions d’électeurs, et plus de 10.000 bureaux de vote. Ces dix dernières années, le taux de  participation de s’élevait à 65% en moyenne. En guise de comparaison, lors de l’élection présidentielle de 2012 des États-Unis, le taux de participation était d’environ 50%.

 
Les Partis et les listes électorales

Il existe trois types de parties politiques en Israel : Démocratique, Semi-démocratique et non démocratique. Les partis démocratiques sont ceux qui ont des élections primaires où tous les membres du parti ont le droit de voter pour des candidats sur la liste. Les parties semi-démocratiques sont ceux où seuls les membres du comité central de ce parti peuvent voter pour la liste des candidats. Et pour terminer les partis non démocratiques sont ceux qui decideront de qui se présentera sur la liste et à quelle place il sera, comme certains partis religieux, la liste est décidée par leurs rabbins.

Partie démocratique :Avoda, Bayit Yehudi, & Likud
Partie Semi-Démocratique: Tkuma & Meretz
Non-Democratic: Kulanu, Hatnua, Shas, UTJ, Yesh Atid, Yisrael Beiteinu

 

Pourquoi des élections maintenant?

Les élections israéliennes devraient se tenir une fois tous les quatre ans, cependant aucun gouvernement  n’a jamais duré un mandat complet. En 2013, le gouvernement du Premier ministre Netanyahu est venu très près de son mandat de quatre ans, mais finalement dissout lorsque les partenaires de la coalition n’ont pas réussi à s’entendre sur un budget. Conformément à la loi israélienne, les élections doivent être convoquées si le gouvernement ne parvient pas à adopter un budget. Cette fois-ci, les circonstances étaient légèrement différentes, les principaux partenaires de la coalition étaient finalement pas d’accord sur de nombreuses politiques gouvernementales cruciales. Il y avait beaucoup de méfiance entre les différents partenaires du parti. En fin de compte, le Premier ministre Netanyahu a décidé de retirer les deux partis Yesh Atid  et Hatnua de sa coalition, et, se faisant, de dissoudre le gouvernement, en apportant de nouvelles élections.
Les élections pour la 20ème Knesset

34 partis enregistrés pour les élections de 2013 et nous pouvons nous attendre un nombre similaire cette fois aussi. Cela dit, en général seulement environ 13 partis sont censés remporter des sièges.Avec tant de partis prenant part aux élections, il est peu probable qu’un seul parti obtienne une majorité écrasante des voix. En fait, aucun parti n’a jamais reçu suffisamment de sièges (un minimum de 61 sièges) pour être en mesure de former un gouvernement sur son domaine  sans avoir à construire une coalition. Sans une coalition en place, la Knesset ne serait pas en mesure de faire passer des lois rendant ainsi le corps gouvernemental obsolète. Par conséquent, plusieurs partis avec des programmes électoraux et idéologies proches se réuniront avant ou juste après les élections, promettant de voter en bloc sur questions et lois importantes. Sauf dans de rares circonstances, le chef du parti obtennant le plus grand nombre de sièges à la Knesset va former une coalition avec au moins 61 membres de la Knesset pour servir en tant que Premier ministre. Plus le nombre de sièges du parti est étendu, plus stable la coalition sera. Les 61 ou plusieurs membres de la Knesset de la coalition seront le gouvernement; le reste sera connu comme l’opposition.
Le vote et jour du scrutin

En Israël, vous n’avez pas besoin de vous inscrire pour voter. En tant que citoyen, vous êtes automatiquement inscrit et tous les citoyens âgés de 18 ans et plus sont admissibles à voter lors des élections générales.

Cela dit, contrairement à de nombreux autres pays, Israël n’a pas mis en place un système de vote devellopé, par voie postale ou bureau de vote à l’étranger, sauf si vous travaillez pour le gouvernement israélien à l’étranger. Avant l’élection, vous devriez recevoir une carte de vote par la poste. Cette carte vous indiquera où votre bureau de vote est basé. Si vous n’en recevez pas ne vous inquiétez pas, à une date plus proche des élections, le gouvernement mettra sur pied un service en ligne pour que vous puissiez vérifier où votre bureau de vote est situé grâce à votre numéro d’identification nationale Teoudat Zehut. Votre bureau de vote sera dans la ville de résidence qui est indiqué sur votre Teoudat Zehut.

Rappelez-vous que le jour des élections en Israël est une fête nationale. La plupart des commerces seront fermés pour la journée afin de permettre aux citoyens d’aller voter. Donc, allez voter et ensuite profitez du reste de la journée à traîner avec des amis, et probablement assistez à notre événement TLV Internationals Francophones Rock The Vote ” plus tard dans la soirée.
Ce dont les électeurs se soucient

Au cours des dernières années, les menaces venant d’Iran / Hezbollah et la poursuite du conflit avec les Palestiniens / Hamas ont été considérée comme les questions les plus urgentes pour les Israéliens.

Cependant, plus récemment, de nombreux Israéliens ont déclarés que leur principal sujet de préoccupation concerne les questions intérieures, comme le coût de la vie, l’économie, la réforme sociale, l’égalité des charges, et la rupture des monopoles / syndicats. Cela dits, les parties vont encore essayer de peindre une image de gauche contre la droite dans une tentative de créer deux blocs de vote, provoquant un retour aux clivages politiques traditionnels. Et bien sûr comme d’habitude, ces élections israéliennes seront intéressantes.
Les principaux partis et leurs programme elecotoral

Il faut savoir que cette partie sera constamment mise à jour en fonction de la progression des élections de 2015. Nous travaillons à forcer constamment les différents partis de compléter leurs programmes en français. Et oui, nous sommes conscients que nos brochures sont incomplètes et beaucoup se plainerons de leur insuffisances ou de leurs imperfections. Aussi, nous avons décidé de renoncer à apporter des explications sur le parti Haredi et le parti  Arabe car leurs idéologies prônent l’anti sionisme.

 

Avoda – Le parti travailliste

Plus connu sous le nom Ha’Avoda, le parti travailliste a été créé en 1968 après la fusion de la Mapai, Akhdut HaAvoda et Rafi. Avoda est un parti démocratique socialiste et membre de l’Internationale Ouvrière Socialiste.

Le parti croit en de fortes valeurs socialistes et un Etat Providence, ce qui l’a conduit à défendre le mouvement Kibboutz depuis ses débuts. Avoda est un ardent défenseur d’une solution à deux États entre Israël et les Palestiniens, affirmant que la paix est nécessaire pour Israël, afin de continuer à exister en tant qu’Etat juif et démocratique. Une de leurs réalisations fondamentales fut en 1995, lorsqu’ une politique nationale d’assurance-maladie a été mise en œuvre, rendant l’accès aux soins de santé un droit pour tous les Israéliens.

Avoda était l’un des principaux bâtisseurs d’implantations en Judée et Samarie dans le début des années 1990. Cependant en 1992, Yitzhak Rabin  arrive au pouvoir et gèle les constructions, dans le cadre du processus de paix avec les Palestiniens, plus connu sous le nom de processus d’Oslo.

Jusqu’en 1977, tous les premiers ministres israéliens appartenaient soit à Mapai soit à Avoda. Le Chef “spirituel” d’Avoda est David Ben-Gourion, le premier Premier ministre d’Israël. Avoda, avec ses 60 000 membres, est présidé par Yitzhak “Boujie” Herzog, actuellement le chef de l’opposition. Récemment, Herzog a conclu un accord de fusion avec Tzipi Livni et son parti Hatuna, en créant une liste commune appelée HaMachane Hatzioni (le camp sioniste), constituant un mélange démocratique et non démocratique. Les deux  leaders ont convenu de partager le poste de premier ministre en cas de victoire en mars.

Charte d’Avoda (hébreu): http://www.havoda.org.il/Items/01042/Constitution.pdf

HaBayit Hayehudi – Le parti national religieux

HaBayit Hayehudi “Le Foyer juif” est un parti politique sioniste religieux enfant du Parti national religieux. Il a été initialement formé par la fusion du Parti national religieux, de Moledet et de Tkuma en novembre 2008. Lors des 19emes élections à la Knesset, Le Foyer juif et Tkuma ont fusionné leurs listes sous l’impulsion du président du Foyer juif, Naftali Bennett. En novembre 2012, le Foyer juif a tenu des primaires pour la direction du parti. Naftali Bennett remporte plus de deux tiers des voix contre Zevulun Orlev,

Le parti représente principalement juifs modernes orthodoxes, a tendance ultra nationaliste. Pendant de nombreuses années, cette communauté a été politiquement fracturée et affaiblie. Lors des élections 2013, le leader du parti a attiré grand nombre d’israéliens religieux comme laïques. Ce regain de popularité est du au message pro-colonisation, et au charisme du chef Naftali Bennett, millionnaire de la high-tech.

HaBayit Hayehudi a également bondi en popularité en promettant de mettre fin au système controversé de projets d’exemptions accordées aux étudiants de yeshiva ultra-orthodoxes, et en “allégeant le fardeau” de la classe moyenne Israélienne qui sert à l’armée, travaille et paye des impôts. En plus de cela, HaBayit Hayehudi a lutté contre l’immigration clandestine d’africains, en affirmant qu’elle constitue une menace pour l’Etat et entraine des problèmes économiques importants. Il est  également opposé à quelconques concessions aux Palestiniens et appelle Israël à annexer la Judée et la Samarie. Le parti veut souligner qu’il est bon de ne pas s’excuser d’être juif vivant dans un Israël sûr. Il souhaite de manière proactive « restituer l’essence judéo-sioniste de l’État d’Israël et de ses habitants». Le parti est pour le capitalisme de marché libre et souhaite protéger les minorités à la hauteur d’un grand État démocratique.

HaBayit Hayehudi est un mélange d’un parti démocratique et semi-démocratique : 55 000 membres votent dans les primaires pour les députés appartenant à la faction du parti national religieux mais les membres de Tkuma sont nommés par son propre comité interne. Naftali Bennett est l’actuel président du parti et sert en tant que ministre de l’Economie / Religion / diaspora.

Charte de HaBayit Yehudi (hébreu): http://www.baityehudi.org.il/our-principles

Hatnua – Le parti de centre gauche

Le parti a été formé en 2012 par Tzipi Livni, ancien membre du Likoud et Kadima, après avoir perdu lors des primaires de Kadima face à Shaul Mofaz. Le parti a été formé par des dissidents de Kadima.

Lors des élections israéliennes de 2013, Hatnua s’est associé à la liste du Mouvement Vert, et a incorporé un grand nombre de ses idéaux dans le programme du parti. La charte de Hatnua souligne la paix israélo-arabe, la justice sociale, la protection de l’environnement, l’intégration des h’arédim et des communautés arabes au service militaire etc. Début décembre 2014, Tzipi Livni a annoncé qu’elle et deux autres membres de son parti se joindraient à Avoda et seraient placés dans les premiers noms de la liste. Elle a également convenu avec le chef du parti Avoda , Yitzhak Herzog, que si Avoda remportait les élections, Herzog serait Premier ministre les deux premières années du mandat et Livni les deux dernières. Elle mélange alors son parti non démocratique avec le parti démocratique de Avoda sous cette nouvelle liste appelée “HaMachane Hatzioni”.

Charte Hatnua (hébreu): http://www.hatnua.org.il/#!principle/ca4p

Kulanu – Le parti réformiste centriste

Kulanu s’est formé il y a tout juste quelques mois par Moshe Kachlon, ancien ministre de la Communication et membre du Likoud. Bien que nouveau, et sans liste complète, les sondages montrent  que Kulanu aspire à devenir un grand parti au sein du futur Parlement. Sous la casquette de Ministre, Kachlon a mis fin au monopole de services téléphoniques auparavant dominés par trois grandes entreprises, conduisant à des diminutions drastiques du coût des factures. Kulanu se considère centriste et sioniste et affirme vouloir résoudre les problèmes socio-économiques auxquels Israël est confronté.

Ancien ambassadeur aux États-Unis, Michael Oren, a rejoint le Parti Kulanu, apportant une expérience diplomatique, avec des programmes visant à donner aux  Olim occidentaux une voix forte dans le gouvernement. Kulanu ne croit pas à une possibilité immédiate d’une «solution à deux Etats » et d’une paix rapide avec les Palestiniens. Au contraire, le but est de créer un ” Etat à deux situations” donnant aux Palestiniens autonomie et liberté afin de créer une société durable.

Likoud – Le parti de centre-droit libéral

Le Likoud s’est formé en 1973 sous la réunion de plusieurs partis comprenant Herut, le Parti libéral, le Centre libre, la liste nationale, et le Mouvement travailliste pour le Grand Israël. Après une trentaine d’années dans l’opposition, le parti dirigé par Menachem Begin arrive pour la première fois au pouvoir en 1977, dans ce qui allait être appelé «le Bouleversement ».

Le Likoud a toujours mis l’accent sur l’encouragement aux Juifs à faire l’Aliyah, et prend une position ferme en ce qui concerne la sécurité d’Israël et le nucléaire en Iran. Le Likoud plaide en faveur d’une économie capitaliste de libre marché comprenant la privatisation des entreprises historiquement gérées par le gouvernement.

Le chef “spirituel” du Likoud est Zeev Jabotinsky. Sa philosophie contraste avec celle des socialistes sionistes travaillistes puisque cette dernière fonde sa politique économique et sociale sur l’idéal d’une classe moyenne juive européenne. Jabotinsky a défendu l’idée d’une presse libre et est convaincu que le nouvel État juif se doit de protéger les droits et les intérêts des minorités. En tant que partisan du libéralisme économique, il a soutenu un marché libre avec une intervention minimale du gouvernement tout en estimant que les besoins élémentaires liés à l’alimentation, l’accès à l’éducation ou à la santé devaient être fournis par l’Etat. Le Likoud défend encore à ce jour ces principes.

Le Likoud est le plus grand parti en Israël avec plus de 120 000 membres. L’actuel Président du Parti est Benyamin Netanyahou, également Premier ministre.

Charte du Likoud (hébreu): http://www.likud.org.il/images/huka/huka13122014.pdf

Meretz – Le parti de gauche

Meretz fut crée en 1992 comme une alliance entre trois partis politiques de gauche : Ratz, Mapam et Shinui. Il a d’abord été dirigé par la présidente de la Knesset de Ratz Shulamit Aloni. Son premier test électoral a été un succès, avec douze sièges obtenus, ce qui en fait le troisième plus grand parti à la Knesset. Meretz est devenu le partenaire de coalition majeur du parti Avoda (Yitzhak Rabin) en aidant à ouvrir la voie pour les Accords d’Oslo.

Meretz se définit comme un parti de gauche, social-démocrate et sioniste. Le parti est membre de l’Internationale Ouvrière Socialiste et membre observatoire du Parti des socialistes européens. Elle se considère comme le représentant politique du mouvement de la paix à la Knesset. Le parti défend les idéaux moraux et de justice. Il est axé sur la promotion des droits de l’homme, de l’environnement, des politiques économiques socio-démocrates, et s’oppose farouchement aux implantations.

Meretz est un parti semi-démocratique : seuls les membres de son comité central (environ 1000 personnes) peuvent voter lors des primaires. Zahava Gal-On est le président et elle est un membre de la Knesset à l’Oppositon.

Charte Meretz (hébreu): http://meretz.org.il/ מצע-המפלגה /

Shas – Le parti séfarade religieux

Le Shas est un parti ultra-orthodoxe haredi séfarade / Mizrachi politico-religieux. Fondé en 1984 sous la direction du rabbin Ovadia Yosef, un ancien Grand Rabbin israélo-séfarade, il est resté son chef spirituel jusqu’à sa mort en octobre 2013. Shas représente principalement les intérêts des Haredi séfarades et juifs Mizrahi.

Shas a été fondé en 1984 avant les élections à la onzième Knesset pour protester contre la faible représentation des Sépharades dans le gouvernement. En fondant le parti, Rabbi Yossef reçut l’aide et les orientations stratégiques de Rabbi Eléazar Shach, chef de la communauté haredi ashkénaze non-hassidique d’Israël. Rabbi Yossef a construit le parti sur le principe d’un retour à la religion et comme repère face à un établissement dominé par les Juifs ashkénazes d’origine européenne.

L’objectif officiel du parti est de «redorer le blason » et de réparer ce qu’il considère comme la « persistance de la discrimination économique et sociale contre la population séfarade d’Israël ». En se concentrant sur les besoins des Israéliens orthodoxes séfarades, Shas a établi son propre système d’éducation financé par le gouvernement appelé Maayan HaHinuch HaTorani, qui est devenu populaire dans les villes sépharades pauvres – ce qui accroît le soutien populaire au parti. Shas préconise un état fonctionnant selon la Halakha, la loi religieuse juive, et s’engage activement dans le mouvement Baal Techouva, encourageant les non-orthodoxes juifs à adopter un mode de vie religieux.

Shas est officiellement un parti socialiste Haredi, mais il a participé à des gouvernements de droite et de gauche, en soutenant notamment le Processus d’Oslo de Rabin.

Yesh Atid – Le parti centriste réformiste

Yesh Atid « Il y a un avenir» a été fondé par l’ancien journaliste Yair Lapid en 2012. Le parti cherche à représenter ce qu’il considère comme le centre de la société israélienne, la classe moyenne laïque. Il se concentre principalement sur le «changement» dans les questions civiques, sociales et de gouvernance. Il estime que le pays a besoin de la réforme électorale, qui bouleverserait l’influence des petits partis religieux sur le gouvernement, la réforme de l’éducation, limitant la hausse du coût de la vie, l’incapacité pour les jeunes Israéliens à acheter des maisons et la nécessité d’équilibrer la charge du service à l’armée israélienne. C’est un parti capitaliste, prônant le libre marché et avec pour objectif de rendre la vie de l’Israélien moyen la plus facile possible. Ils veulent éliminer les pratiques bureaucratiques inutiles et briser les monopoles économiques.

Lors de l’élection 2013, Yesh Atid a remporté 19 sièges, avec l’américain Rabbi Dov Lippman comme seul Oleh occidental dans la 19ème Knesset. Cette victoire a été due en grande partie aux promesses de réformes de masse en Israël. Yesh Atid a fait pression et légiféré pour  que les haredim ultra-orthodoxes servent  dans l’armée israélienne et pour un changement du système électoral.

Selon les règles du parti, Yaïr Lapid déterminerait les candidats qui siègeraient à la Knesset, autant qu’il serait le seul à prendre les décisions finales sur les questions politiques. Il se garantie également le poste de président du parti. Yesh Atid ne détient pas d’élections primaires et donc est un parti antidémocratique. Yair Lapid  fut ministre des Finances, avant d’être mis à la porte par le Premier ministre Netanyahu.

Charte Yesh Atid (en hébreu): http://yeshatid.org.il/ על-המפלגה -2 / במה-אנחנו-מאמינים

Yisrael Beiteinu – Le parti laïque de droite

Yisrael Beiteinu “Israël notre maison” est un parti laïc, nationaliste et de droite. La base du parti est laïque et russophone. Le parti se décrit comme «un mouvement national avec la vision claire à suivre dans le chemin courageux de Zev Jabotinsky ». Yisrael Beiteinu a été formé par Avigdor Lieberman pour créer une plate-forme pour les immigrants russes qui soutiennent une ligne dure dans les négociations avec l’Autorité palestinienne. Les actions de Lieberman ont été motivées par des concessions accordées par son ancien patron, Benjamin Netanyahu (quand il était directeur général du Likoud) à l’Autorité palestinienne dans le Mémorandum de Wye River 1997, avec la division de la ville cisjordanienne de Hébron.

Le parti représente principalement des immigrants de l’ancienne Union soviétique, et incite à augmenter l’immigration juive. Relative aux droits des minorités en Israël, le parti est bien connu pour son slogan “pas de loyauté pas de citoyenneté”. Un certain nombre de sources de médias grand public, à l’intérieur et à l’extérieur d’Israël, ont marqué le parti et Lieberman comme «ultra nationaliste». Mais en même temps, le parti reconnaît la nécessité d’une solution à deux Etats et de certaines de ses politiques religieuses particulières ont été décrites comme «libéral ultra”. Ces positions sont en contradiction avec la tradition des deux politiques de droite nationalistes et religieuses en Israël. Certains ont appelé le parti et son chef une “ligne dure” populiste.

Yisrael Beiteinu a des membres du parti, mais pas de primaire qui en fait un parti antidémocratique. Avigdor Lieberman est le président du parti et sert actuellement en tant que ministre des Affaires étrangères.

Yisrael Beiteinu Charte (en hébreu): www.beytenu.org.il/
 

TLV Internationals Logo (2)Email: Info@TLVInternationals.org

 

Like: www.facebook.com/TLVInternationals

 

Group: www.facebook.com/groups/TelAvivInsider

 

Bénévole pour un parti politique national

https://OlimVolunteeringInPolitics.eventbrite.com